Principes de base de la communication – Respirez! Relativisez!

 

Avant cet article, il y a eu :

I. Introduction. II. Le vécu sensoriel. III. Bien communiquer. IV. Relativisez. V. Le ressentiment. VI. Les malentendus. -> Conclusion.

 

 

 
Quelques clés:
Principes de base de la communication
 

 

Par l’explication de l’implication du vécu sensoriel dans la communication, nous avons déterminé que A parlant avec son vécu, B parlant avec le sien, il est difficile que A et B se comprennent bien.
Et ensuite nous avons comprit le principe qui nous oblige à vouloir « bien communiquer ». Celui-ci se basant sur une extériorisation de nous même qui nous permettrait de prendre assez de recule afin de comprendre le point de vu de notre interlocuteur.
Maintenant nous allons dans quelque chose de bien plus concert. Nous développerons chaque point si vous n’avez pas bien compris. Il suffira alors de poser des questions en commentaire.
·Respirez! Relativisez!
Après avoir prit du recule, respirez un bon coup! RELATIVISEZ! Ne vous dites pas que votre interlocuteur vous attaque. Comme la communication se base sur un vécu sensoriel, il est probable que vous vous montiez le bourrichon tout seul, sans que l’autre ne vous titille réellement. Les impressions sont parfois très trompeuses. Demandez-vous pourquoi l’autre dit cela de cette manière là. Il n’est pas rare, que lorsque l’on se dispute, nous soyons nous même l’origine de la dispute, et pas forcement l’ « autre ». C’est plus facile de dire que l’autre à tort, plutôt que de dire que tout le monde à un peu raison. En effet, basez-vous sur un principe qui dit:
Tout le monde à raison. Car tous le monde à Raison en fonction de SON VECU.

Jouez à faire le « C »qui est décrit dans l’article deux sur les principes de base de la communication. Essayez de trouver un compromis entre vos idées et vos ressentiments envers l’autre. SOYEZ FLEXIBLE. Mettez vous à la place de l’autre.

DITES VOUS CECI:

« Je laisse l’autre libre et responsable de sa perception, de son désir, de sa décision. Et je reste libre et responsable de ma perception, de mon désir, ou de ma décision. »

C’est une attitude à cultiver car elle dynamise beaucoup la réflexion. Cela revient à dire :
Quand je ne me sens pas menacé, contredit ou jugé, je peux enfin entendre et recevoir le point de vue, même si je ne le fais pas mien.
Et voilà le travail !
Publicités

Un commentaire? Merci ^.^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s