Comment manager un patron workaholic?

 

Le workaholic ou aussi patron d’élevage né pour dire ; « ékçaboss ! ».

Un gros conseil de base : posez vos limites, car lui ne vous en donnera pas. C’est un tortionnaire avide de sang et de Dead Line. Ce type de chef est très (très très très très et très) exigeant pour lui-même comme pour les autres. Le centralisateur est un morveux à coté. Vous devez lui faire accepter la possibilité d’agir autrement. Que « votre méthode » n’est pas forcement si mauvaise. Et si vous voulez vous gardez du temps pour vous-même, prenez de l’avance. Beaucoup d’avance. Si vous voulez des vacances par exemple, n’attendez pas qu’il vous demande de les reporter pour réserver votre hôtel en Guadeloupe. Recentrez-vous sur ses priorités en lui demandant quelle est l’urgence pour lui. Quitte à laisser trainer le reste. Tracez un planning pour vous organisez à sa convenance et qu’il visualise vos avancés. Mais une chose importante : sauf cas exceptionnel, ne faites pas d’heure sup au risque qu’il ne vous en demande de plus en plus sans tenir compte de votre endurance. Vous posez des limites vous permettra d’être plus efficace, ne lui dites pas toujours « oui » mais toujours avec tact.

 

Note de fin ; Attention à ne pas confondre le workaholic et celui qui reste tard au boulot car il est à la bourre dans ses dossiers. Même si de fait, le workaholic est toujours à la bourre dans ses dossiers car il en a quinze fois plus que les autres.

Et voilà le travail !
Publicités

Un commentaire? Merci ^.^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s