Comment Travailler avec un vieux?

 
Pour comprendre comment manager un quinquas il faut les comprendre et se dire qu’ils n’ont pas le même vécu que nous les « p’tit morveux ». Commençons par un fait : n’oubliez pas que eux aussi on des préjugés sur vous et qu’ils seront probablement tout aussi déstabilisés et inconfortables que vous.

Si vous avez moins de 30 ans il y a de forte de chances pour que vous vous retrouviez entouré de quinquas. La génération « Y » (né entre 1979 et 1994) et les baby-boomers (1946-1964) sont en effet les deux tranches d’âge les plus représentées en entreprise ; (deux fois plus que ceux nés entre 65 et 78) d’où une cohabitation forcée entre jeunes et moins jeunes.

Mais sachez que faire équipe avec des « fossiles »peut être agréable et enrichissant. Même si l’une ou l’autre des deux tranches ne manage pas du tout de la même manière.

Nous avons deux cas possible :

Le « maitre » qui cherche à tout connaitre, tout maitriser, tout noter et ne rien rater. Ce cas là d’ailleurs se retrouve surtout chez les anciens qui ont l’expérience nécessaire pour avoir le droit de dire « j’ai tout vu, tout connu ». Le problème pouvant se découvrir quand l’imprévu redevient imprévu. C’est-à-dire que le « maitre » a oublié de prévoir à l’avance un aléa. Celui-ci se retrouve alors souvent un peu perdu. Sans compter les ulcères que ce type de chef se prépare pour sa retraite. Le pauvre. Pour moi c’est un chef moins efficace même si l’on ne peut pas lui retirer son expérience, qui nous apporte énormément.

Le « gestionnaire »qui lui ne cherche pas à connaitre l’imprévu. Il sait « gérer » l’imprévu, il s’adapte en fonction de la situation, il met les moyens pour que l’urgence soit gérée, il s’organise en fonction des aléas. Le risque devient son compagnon et il l’a accepté pour mieux le combattre. Vous vous en doutez, selon moi c’est le chef le plus efficace et je me considère plus proche de cette seconde version 2.0 du manager encore trop rare à mon goût. Mais personnellement j’ai moins de 30 ans. Ceci explique cela.

Donc mon premier conseil :

– efforcez-vous de respecter les règles explicites et tacites de vie quotidienne.

N’oubliez pas le Dress code ; Tenue correcte exigée (regardez comment vos collègues sont habillés). Horaires fixes et réguliers. Le vouvoiement même s’ils vous sont subalterne et insiste pour que vous les tutoyez. Montrez votre intérêt pour eux autour de la machine à café.

Le mangement c’est aussi et surtout du relationnel. ne dit-on pas : « la première impression est la bonne » ?

– Soignez votre façon de parler et surveillez vos propos !

Le langage souligne les différences entre les générations. Soyez posé car un quinquas n’aime pas le débit mitraillette. Et forcement des mots comme « c’est dépassé » est à oublier de peur de les voir se vexer avec raison. Soyez diplomate si vous voulez apporter un peu de jeunesse en disant « ne pourrait-on pas faire ainsi pour voir si cela marche mieux ? ».Et faites preuve de pudeur car votre vie c’est votre vie. Le quinquas n’a en général pas le genre de problème de cœur que peut avoir un(e) gamin(e) de la vingtaine.

– Donnez des clefs claires sur votre méthode de fonctionnement.

Vous n’avez aucun droit à l’erreur car un quinquas à 20 à 30 ans de carrières derrière lui. Pour lui vous êtes un morveux à qui il va falloir essuyer le nez. Si vous faites comprendre votre méthode de fonctionnement vous détromperez de nombreux aprioris. Notamment que vous ne savez pas travailler en équipe. Mais là il faut penser à son ancienneté : Laissez l’autonomie. Nos « vieux » ont leurs habitudes depuis 20 ou 30 ans. Vous ne pouvez pas tout chambouler.

– Montrez vos talents et mettez-les à leurs services.

Vous êtes mauvais en informatique ? Mais à coté du quinquas vous risquerez de passer pour le pirate informatique de génie qui aura hacké le plus protégé des services de sécurité des Etats-Unis. Mobile, ordinateur, i phone, tablette etc. Pour eux rien ne vaux un stylo et un carnet ! Et de temps en temps proposé un petit pot (en dehors de l’entreprise). Autour d’un verre la classe d’âge n’a pas d’importante et installe de la convivialité au boulot.

Pour finir ;
Notre société fait penser aux quinquas qu’ils sont dépassés et ne servent à rien, ce qu’il fait que la plupart des entreprises en Europe s’en séparent. Mais cette idée est en passe de changer. Nous nous inspirons de plus en plus de la société japonaise qui respectent profondément ses ainés en leur offrant les postes les plus importants. En général quand on entre dans une société au japon, c’est pour la vie.

Source:

Management des seniors, ou comment ménager les « vieux » Par Michel Authier.
Les personnes âgées au Japon :entre place attribué et rôle à trouver

Et voilà le travail !
Publicités

Un commentaire? Merci ^.^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s