#255. Humour de merde.

HUMOUR2« Ho mais c’est bon c’est de l’humour!!!! T’as pas d’humÛÛÛÛr »

Le nombre de fois où l’on rencontre quelqu’un qui ose vous dire ça. Disons plutôt que nous n’avons pas le même humour. Ou alors que l’humour « pouet pouet sous le bras » n’est pas forcement très « rigolo ».

Mais alors quand le lundi c’est « blague » (Est-ce vraiment par « humour » d’ailleurs?) sur l’immigration, le mardi on passe au sexisme « ordinaire », le mercredi on continue avec une débat sur le patriotisme (là si c’était de l’humour, il n’avait jamais de chute à leur blague, mais c’était comique en tout cas), ensuite le jeudi c’est homophobie, on se dit que le vendredi on ferait bien un petit méchoui. Surtout après une semaine à leur expliquer calmement qu’ils sont juste morts cérébralement et qu’il serait temps de faire don de leurs organes pour qu’ils soient enfin utiles à la société. Mais non, ils n’ont pas voulu. Égoïstes qu’ils sont.

Le pire c’est que nous en avons tous, et partout dans nos entreprises. Depuis un moment, ces collègues aux bulbes atrophiés ne se cachent plus. Où alors, peut-être que j’étais bien plus naïf avant et je ne me rendais pas compte.

Mais personnellement, quand jeudi mon « chef » est venu me voir, comme une dernière bravade, pour me dire « hey, tu connais à quoi on reconnait une vraie femme? » (citation au mot près, dont je vous fais grâce de la navrante réponse). Je n’ai pu m’empêcher de lui faire remarquer devant l’équipe entière qu’il disait de la merde et que s’il se donnait autant dans son boulot que lorsqu’il s’efforce à dire des conneries, il n’y aurait plus aucun problème dans les dossiers.

d’où le « hoooooo mais c’est de l’humour »

ceux à quoi j’ai répondu par un :

« Et si on parlait de ta femme avec ce même « humour » pour voir? »

Je vous laisse imaginez le regard furieux qui est apparu sur son visage et quelle mine réjouie j’avais.

Échec et Mat!

Personnellement, je ne comprends pas pourquoi j’ai du mal à me faire des amis au boulot 😀

 

Si vous avez aimé ce billet, vous aimerez aussi : La saint valentin d’entreprise: les BCCs

Publicités

#243. Réorientation professionnelle / GIF

danseC’était juste pour dire que mon dossier est enfin en cours 😀

Ha et sinon, la loi sur le renseignement est passée. Autant dire que « Je suis Charlie » aura encore été réutilisé par nos politiques à nos dépens.

like2

#232. Réorientation professionnelle

pluiepetitAdmettre que l’on a en soi une envie de reconversion, un désir de s’épanouir dans un nouveau métier, sentir à nouveau le plaisir de se lever le matin, c’est assez simple. En compensation, trouver sa voie, reconnaitre le métier qui collera vraiment à ses besoins et à ses souhaits professionnels laisse parfois un goût amer dans la bouche.
Aujourd’hui, 83% des Français envisagent de changer de métier, mais seulement si cela se passe à la suite d’un licenciement. Et je les comprends, pourquoi remettre en cause une machine grippée tant qu’elle fonctionne encore.

A mon avis, ceux qui se reconvertissent en un clin d’œil car ils savent ce qu’ils veulent, pourquoi ils le veulent, et qu’ils connaissaient déjà parfaitement les démarches pour cela, ne courent absolument pas les rues. D’ailleurs existe-t-il une personne comme ça ?

Ah si… Peut-être dans un Walt Disney.

Je pense sincèrement que pour la majorité de ceux qui ont envie de changer de métier, le choix d’une nouvelle carrière ressemble à voguer en pleine mer avec pour seul instrument de navigation une boussole. Pas impossible, mais c’est carrément casse pied.

0bordelD’ailleurs, personnellement je pense que je vais investir dans une belle moumoute pour remplacer les cheveux que je m’arrache.

Au départ j’étais dans la joie de dire « ouais, infographiste, ça va être trop cool ma vie ». Maintenant c’est plus… « Informatique ? Pourquoi pas… »
Car après avoir discuté avec bon nombre de graphistes et infographistes, il me parait évident qu’il y a très peu de débouché dans ce métier si on ne veut pas être Freelance ou si l’on ne connait pas les bonnes personnes. J’ai déjà fait ce type de formation; mon master « esthétique pratique et théorie des arts contemporains option Arts plastiques ». Et je n’avais pas envie de retomber dans mes petits vices et de « faire un truc qui me plait sans me soucier de ce qui se passe ensuite ».

Donc gros doute, et j’ai juste envie de me rouler en boule dans ma couette, avec mon nounours et un pot de Haagen Dazs speculoos caramel. Cependant la glace sous la couette ça fait des taches.

fb1