#299. Féminazie 2. CQFD.

féminazie

Il y a quelque temps, je parlais des féminazies et il n’a pas fallu attendre beaucoup pour qu’un exemple très représentatif du cas, s’offre à moi.

Et cela me plait de vous le montrer tel quel. Sans modification.

Voilà pourquoi les amateurs de BFM TV et de Cyril Hanouna pensent que les féministes sont ce qu’elles ne sont pas; car de nombreuses personnes les fantasmes comme étant comme-ci ou comme-ça. Or, il apparait clairement que les féministes se voient souvent obligées de répondre à des attaques/critiques/insultes sur des actes/idées/avis dont elles ne sont pas coupable et qu’elles ne partagent pas.

  • Quel sont ces fantasmes:

« Les féministes veulent dominer/castrer les hommes » -> Prononcé par des hommes qui disent de la merde et n’imaginent pas qu’ils se trouvent au pilori juste par ce qu’ils disent de la merde et non pas parce qu’ils sont des hommes.

« Les féministes veulent dominer/castrer les hommes » -> Prononcé par des femmes qui disent de la merde et n’imaginent pas qu’ils se trouvent au pilori juste par ce qu’ils disent de la merde et non pas parce que les féministes sont des hystériques qui n’aiment pas que les autres femmes défendent les hommes (les pauvres victimes).

« les féministes sont racistes » -> Prononcé par des hommes qui disent de la merde et n’imaginent pas qu’ils se trouvent au pilori juste par ce qu’ils disent de la merde et non pas parce qu’ils sont des personnes faisant partie d’une minorité racisé.

« les féministes sont racistes » -> Prononcé par des femmes qui disent de la merde et n’imaginent pas qu’ils se trouvent au pilori juste par ce qu’ils disent de la merde et non pas parce qu’ils sont des personnes faisant partie d’une minorité racisé.

« Les féministes mettent tous les hommes dans un même sac » (not all men) -> Prononcé par des hommes qui disent de la merde et n’imaginent pas qu’ils se trouvent au pilori juste par ce qu’ils disent de la merde et non pas parce qu’ils sont des hommes. Et que les féministes font bien la différence entre ceux-ci qui disent et s’enfoncent dans leur caca et ceux qui savent se remettre en question. Mais peut-être qu’ils se sont sentis visés car ils manquent de ce fameux « humûr » dont ils accusent souvent les féministes de ne pas avoir.

« Les féministes veulent tous les hommes dans un même sac » (not all men) -> Prononcé par des femmes qui disent de la merde et n’imaginent pas qu’ils se trouvent au pilori juste par ce qu’ils disent de la merde et non pas parce que les féministes sont des hystériques. Et que les féministes font bien la différence entre ceux-ci qui disent et s’enfoncent dans leur caca et ceux qui savent se remettre en question.

Liste que vous pourrez compléter à votre guise dans les commentaires.

  • C’est une escroquerie.

Je ne dis pas que certaines féministes ne sont pas racistes, ou ne sont pas devenu androphobe, Je dis que c’est un fantasme de penser qu’elles sont majoritaire. Je dirais même que ces cas son minoritaire et elles sont souvent dénoncées et surveillées par les mouvements féministes.

Ainsi, accuser les féministes de racisme, d’androphobie, de transphobie, etc. quand il n’y a aucun signe de ce genre d’idée immonde, rend l’intervention débile. Et certainement pas plus crédible.

itsatrap

PS: Merci à la Féé Ministe de m’avoir permis de prendre ces screens sur son mur facebook (publique et perso).

PPS: Désolé à tous les Youssef qui ne se reconnaissent pas dans celui-ci. Car non, l’auteur de ce billet ne mets pas tous les Youssef dans le même sac.

 

#292. Féminazie!

féminazie

J’aime bien ce terme de féminazie.

Mais si je reste sur cette injonction, ça ne vous éclairera pas sur le pourquoi « j’aime » ce terme.

Et bien c’est assez simple; quand quelqu’un l’utilise, je vois un sims en face de moi, avec un énorme gyrophare s’allumant au dessus de la tête et disant de la merde incompréhensible (si tu ne connais pas la référence, ce n’est pas grave pour comprendre l’idée). C’est comme s’il se dénonçait et j’aime reconnaitre qui est en face de moi.

La plupart du temps le masculinisme (lire la seconde partie surtout) est sournois. Il ne porte pas son nom en public. Et quand je vois un mascu (ou plus être plus simpliste ;un macho), j’aime ne pas trop perdre de temps à le tester.

En gros, il y a toujours des petits indices qui trahissent les intentions des gens. Même les plus sournois.

« Féminazie » en est un bel indice. Un indice clair, qui n’est pas équivoque.

Mais en plus de ça, les utilisateurs de ce terme on tendance à rajouter que les féministes desservent leur cause et qu’elles sont réactionnaires.

Bah ouais, car celui qui utilise ce qualificatif de « féminazie » aime à dire qu’il est contre la bien-séance, le politiquement correct, contre l’ordre établie. C’est un vrai rebelle, un vrai anarcho! YEAHHHH! *se gratte les couilles, boit une 8.6 et se caresse les poils du torse*

Comme ma petite illustration vient de répondre à « les féministes desservent leur cause » par un gros « non » bien viril-et-tout-et-tout. Et que ce sont donc bien les récupérations nauséabondes et l’image qu’elles donnent du féminisme qui le sont (bah ouais hein quand même!).

L’illustration répond aussi en disant que les féministes sont pro-progrès (ouais, ça ne se dit pas, c’est redondant, mais c’est pour être bien clair! En gros elles sont pour le progrès ) et égalitaire pour tous (pas forcement pour les licornes, mais on peut pas se battre pour tout le monde. Pardon). Donc progressiste. Donc le contraire de réactionnaire. CQFD.

Par contre, je ne vous demande pas de me croire sur parole.

Faisons juste un petit tour sur Google pour cela. Car pour comprendre les choses, il n’est pas nécessaire d’être intelligent, mais juste d’avoir de la patience et du bon sens. La preuve c’est que je ne suis pas particulièrement intelligent vu que je suis qu’un homme, et que j’ai du temps car je suis un mal baisé! (Ouais, c’est un argument-insulte qui ne marche pas que contre les féministes de sexe féminin, parité oblige? :D)

  • Cherchons l’origine du mot grâce à un outil que Google nous mets à disposition et cherchons y le mot « féminazi » (oui, en fait, il faut comprendre que c’est un anglicisme, sinon ça marche moins bien) Utilisons donc Google NGram.

Moment chiant: Google Ngram est un outil de recherche simple. C’est une application linguistique proposée par Google, permettant d’observer l’évolution de la fréquence d’un ou de plusieurs mots ou groupe de mots à travers le temps dans les sources imprimées. L’outil est entré en service en 2010. (merci wikipédia) Il est notamment utiliser pour confondre les Hoax sur internet. (parmi d’autres applications)

Ainsi, tapons-y le mot magique et nous obtenons ceci. (clic pour vérifier par toi même comme un grand). Et nous observons que ce terme est relativement nouveau. Il apparait en 1989. (même que j’étais né, donc c’est très jeune!)

  • Une fois ceci fait, nous pouvons chercher l’origine première du terme sur Google. (le vrai ce coup-ci). Et je vous invite à le faire par vous même si vous voulez. Rappelez-vous, c’est « féminazie » que nous cherchons.

Coup de bol, ou alors omniprésence de Wikipédia (encore), on apprend dès la première entrée que c’est un présentateur radio américain qui l’utilisa en premier. Il s’appelait mÔsieur Rush Limbaugh.

Si on s’attarde sur sa vie et sur ses convictions, on réalise alors cette petite liste de qualificatifs bien sentis:

– Conservateur / Controversé / Farouche anti-féministe / Partisan de la peine de mort / Raciste confirmé / Pro NRA (pro arme en gros) / Anti-avortement ; qui est à l’origine du mot, puisque copain Rush utilisa « féminazie » pour s’opposer aux défenseuses de l’avortement.

La liste est non exhaustive, mais on est pas là pour faire les courses. Elle suffit pour comprendre qu’on a là un beau « Donard-Trump-des-familles ». Un mec cool quoi, un mec swag, proche de la famille et de la manif pour tous.

Et surtout la conclusion! Bah ouais!

Nous voyons que deux ou trois minutes dans la vie pour chercher les vraies informations, et l’utilisation de quelques outils qui sont à notre disposition, sont suffisant pour se demander qui est le plus « réactionnaire ». La fameuse féministe visée par l’homme blanc kisétoumieuhein, ou l’utilisateur décadent d’un terme qui appartient au masculinisme?

 

Comme quoi, le plus réactionnaire, n’est pas souvent celui qu’on croit.

 

Sur cela, je vous laisse, j’ai du ménage à faire! Gros bisous partout.

panda

#291. Coluche – 30 ans après!

coluche

– C’est l’histoire d’un mec à qui on y a raconté une blague et qu’il a pas comprite!

– Et ça vous fait rire?

Je sais, ce n’est pas très Charlie toussa! 😀

 

L’histoire du politiquement correct qui serait de la merde me fait un peu rire en fait. Le seul principe serait de se moquer de tout! Parce qu’on est trop beau et trop intelligent pour ne pas aimer Dieudonné! YEAH!

C’est comme cité Desproges sans pigé ce qu’il y a derrière. « on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ». (Clique, tu vas comprendre et ça fera du bien à tout le monde)

Je m’explique en citant un livre sur le masculinisme (« contre le masculinisme, guide d’autodéfense intellectuelle« ) :

« De plus en plus d’homme s’insurgent contre le « politiquement correcte », qu’ils accusent de scléroser ses « minorités », où il deviendrait impossible de critiquer ou se moquer, par exemple, des noir-e-s, des arabes, des femmes, des handicapé-e-s, des grosses, etc. [***] ils osent même se faire passer pour des opprimés, des victimes du « racisme anti-blanc », du sexisme anti-mecs », de la « tyrannie des grosses » ou encore tu « mal-être des riches ».

Je continue en citant la note de bas de page du même livre:

« le concept de « politiquement correct » est un anglicisme puisé chez les conservateur américain durant l’ère Reagan, qui ne s’est répandu en France que dans les année 90.  »

Et quand tu connais ce point-là d’histoire, tu te doutes bien que les utilisateurs de ce genre de « ho y’en a marre du politiquement correct« , ne font en fait que défendre l’ordre établie, sous couvert de jouer les rebelles. Au mieux, ils ne le savent pas au pire ce sont des peignes culs.