#268. Feminismte

Bonjour lecteur, lectrice, bot qui vend du viagra; qui me poste régulièrement des commentaires (Béni sois-tu, mon zizi va mieux!)

L’actualité est toujours marquée par quelques-uns des sujets d’actualités importants;

La météo, le changement d’heure, la rentrée scolaire, la fabrication des pantoufles en charentaise, le foot, etc.

Et puis parfois, il y a des « faits divers » moins importants, que l’on passe en 1 minute chrono, entre les pubs, pour dire qu’il faut combler le journal de TF1 à 20h;

Les migrants, le chômage, les lutes des classes, le racisme, le féminisme, etc. Enfin, rien d’important en effet!

Pourtant, ces sujets désignés de « peu important » selon certaines sources bien burnés, n’arrêtent pas d’attirer un flot continue de débat, souvent houleux, parfois rigolo (du moins le faudrait-il). Et rarement (mais ça arrive quand même) il y a des questions intéressantes qui émergent en parallèle des débats.

Féminisme.

Prenons comme exemple le féminisme, je me pose toujours deux ou trois questions quand je lis les commentaires sur les rézosocio:

féminisme

Pourquoi, certains hommes, ont tendance à penser savoir mieux ce qu’une femme peut vivre au quotient, surtout en ce qui concerne les discriminations et le harcèlement?

Pourquoi, certains hommes, ont toujours un avis sur ce que les féministes devraient faire, mieux que les féministes elles-mêmes, qui se battent parfois depuis des siècles années pour que les femmes obtiennent ce qu’elles devraient avoir depuis longtemps, au même titre qu’un homme. Au point même d’invoquer Simone Veil avec des guéridons et des médiums, pour lui faire dire ce qu’ils ont envie d’entendre?

Pourquoi, certains hommes, ont cette capacité à dire que « C’est pas vrai, ces salopes ne subissent pas de discrimination. Elles n’ont qu’à rester à la maison si ça leur plait pas! puuuuute » en toute sincérité, sans comprendre à quel point cette phrase « type » est un non sens?

Pourquoi, certains hommes, disent toujours « moi je suis pas comme ça, MAIS… »?

 

 

#256. Camion de glace

 

pluie2Qui? Moi? Je ne poste plus? Possible. Je fais ce que je veux après tout hein! Non mais ho!

Ceux qui me suivent sur les rézosocio tel que Facebook ou Twitter (clique mon petit coquin, oui, toi qui ne le ferais pas encore), savent que cela fait plus d’un mois que je n’ai plus du tout internet. Merci SFR! Je pensais aller leur faire comprendre que la rentrée c’est pour tout le monde!

Du coup je pense un petit peu aux lecteurs et lectrices qui seraient dans le coin et se diraient « ho, ce vil panda est pas mal absent, ça vous fait des vacances, il nous manque ». Et je mets donc 15 minutes de téléchargement par image. Et j’en ai mis trois! OUAIS! Je suis un fou! J’vous aime j’vous l’dis!

Du coup, pendant ce temps là, je me suis permis quelques vacances pour me reposer de ne rien foutre le reste de l’année. Je suis parti à la montagne avec ma petite princesse (houuuuuuuuuulézamoureu). Et comme vous pouvez le voir sur le petit dessin que j’ai fait au dessus, il a fait magnifique! Enfin entre les goutes quoi…

Mais sinon, c’était rafting, spa, parapente, spa, footing. Tout en me nourrissant de galettes de polystyrène riz soufflé; on m’avait mis au régime. Heureusement que j’avais mes petites astuces pour survivre.

camion de glaceDu coup, voilà, c’est fait, j’ai fait tout mes devoirs.

carteEt ensuite, je suis retourné au travail. Comme tout le monde… Voilà, je finis là dessus. Oui, parce que! Voila!

 

 

 

Non non, ne reste pas… Y’a plus rien à voir…

Bisous partout!

Tu es encore là? Aller! Je te fais un gros câlin! Mais un seul câlin par personne!

 

#255. Humour de merde.

HUMOUR2« Ho mais c’est bon c’est de l’humour!!!! T’as pas d’humÛÛÛÛr »

Le nombre de fois où l’on rencontre quelqu’un qui ose vous dire ça. Disons plutôt que nous n’avons pas le même humour. Ou alors que l’humour « pouet pouet sous le bras » n’est pas forcement très « rigolo ».

Mais alors quand le lundi c’est « blague » (Est-ce vraiment par « humour » d’ailleurs?) sur l’immigration, le mardi on passe au sexisme « ordinaire », le mercredi on continue avec une débat sur le patriotisme (là si c’était de l’humour, il n’avait jamais de chute à leur blague, mais c’était comique en tout cas), ensuite le jeudi c’est homophobie, on se dit que le vendredi on ferait bien un petit méchoui. Surtout après une semaine à leur expliquer calmement qu’ils sont juste morts cérébralement et qu’il serait temps de faire don de leurs organes pour qu’ils soient enfin utiles à la société. Mais non, ils n’ont pas voulu. Égoïstes qu’ils sont.

Le pire c’est que nous en avons tous, et partout dans nos entreprises. Depuis un moment, ces collègues aux bulbes atrophiés ne se cachent plus. Où alors, peut-être que j’étais bien plus naïf avant et je ne me rendais pas compte.

Mais personnellement, quand jeudi mon « chef » est venu me voir, comme une dernière bravade, pour me dire « hey, tu connais à quoi on reconnait une vraie femme? » (citation au mot près, dont je vous fais grâce de la navrante réponse). Je n’ai pu m’empêcher de lui faire remarquer devant l’équipe entière qu’il disait de la merde et que s’il se donnait autant dans son boulot que lorsqu’il s’efforce à dire des conneries, il n’y aurait plus aucun problème dans les dossiers.

d’où le « hoooooo mais c’est de l’humour »

ceux à quoi j’ai répondu par un :

« Et si on parlait de ta femme avec ce même « humour » pour voir? »

Je vous laisse imaginez le regard furieux qui est apparu sur son visage et quelle mine réjouie j’avais.

Échec et Mat!

Personnellement, je ne comprends pas pourquoi j’ai du mal à me faire des amis au boulot 😀

 

Si vous avez aimé ce billet, vous aimerez aussi : La saint valentin d’entreprise: les BCCs